The North Face team athlete, Jackson Marvell, climbing a massive ice wall in Kyrgyzstan.

Le Kirghizistan, splendeur de glace

17 avril 2020

L’athlète Jackson Marvell a toujours rêvé d’un grand voyage dans une contrée lointaine à la recherche des meilleures parois à grimper. Son souhait s’est concrétisé à la fin de janvier 2020 lorsqu’il s’est rendu, avec ses amis, au Kirghizistan pour y vivre la meilleure expérience d’escalade de glace de sa vie. Le but : découvrir des montagnes vertigineuses et des voies glacées encore vierges tout en parcourant la deuxième route la plus haute du monde – la route du Pamir.

Sur l’impressionnante et lointaine route du Pamir, en quête de nouvelles voies d’escalade de glace.
Sur l’impressionnante et lointaine route du Pamir, en quête de nouvelles voies d’escalade de glace.

Une fois atterris à Bichkek, capitale du pays, les explorateurs ont loué une fourgonnette à quatre roues motrices, un UAZ, aussi surnommé « Bukhanka ». On aurait dit une vieille GMC 1947 tellement la transmission grinçait à mesure qu’ils grimpaient à travers les cols de montagnes avoisinant les 4 650 mètres à une vitesse moyenne de 56 km/h. Dans le froid et la solitude des régions éloignées du Kirghizistan, ils ont néanmoins poursuivi leur route, sans rencontrer âme qui vive ni croiser aucune voiture durant des journées entières, faisant le plein directement dans des barils, jusqu’à ce qu’ils aperçoivent une paroi digne de ce nom.

Conduire un Bukhanka, c’est comme conduire une vieille GMC 1947. 

Jackson fait le nécessaire (quelles que soient les conditions) pour atteindre le lieu d’une nouvelle ascension.
Jackson fait le nécessaire (quelles que soient les conditions) pour atteindre le lieu d’une nouvelle ascension.

Mais pour y accéder, les trois explorateurs ont parfois dû traverser des rivières par des températures glaciales ou faire des approches interminables. Chaque voie était une première ascension. Au total, ils ont aménagé sept voies variant d’une simple longueur de corde à 900 mètres, cotées de WI3+ à WI6.

L’équipe réalise la première ascension de voies connues ou inconnues, vierges ou non; elles resteront sans nom (pour le moment).
L’équipe réalise la première ascension de voies connues ou inconnues, vierges ou non; elles resteront sans nom (pour le moment).

Les trois braves passaient leurs soirées blottis dans la fourgonnette, bravant des températures de -32 °C. Certaines nuits, la chance leur souriait : ils étaient alors hébergés chez des habitants d’une gentillesse rare, où on leur offrait même le thé et de quoi manger. Ces hôtes n’hésitaient jamais à jouer de la musique pour divertir leurs convives, ou à leur offrir des tournées de vodka et à prendre quelques photos.

Eux jouaient de la musique et remplissaient nos tasses de thé et nos verres de vodka et nous, on leur montrait des photos tout en gesticulant pour les décrire.

L’hospitalité dans une contrée inhospitalière : Jackson joue de la musique et bavarde avec un Kirghiz.
L’hospitalité dans une contrée inhospitalière : Jackson joue de la musique et bavarde avec un Kirghiz.

Au terme du voyage, les explorateurs étaient ravis d’avoir parcouru près de 5 000 km ensemble. Ils ont découvert un pays incroyablement reculé, mais combien beau et peuplé de gens généreux, et ont escaladé de gigantesques voies de glace inviolées. Toujours amis, ils retourneraient volontiers au Kirghizistan pour découvrir et grimper de nouvelles voies de glace, encore et encore.

L’équipe : l’athlète Jackson Marvell, Drew Smith (photographe) et Jack Cramer, désormais amis à vie, qui espèrent retourner au Kirghizistan un jour.
L’équipe : l’athlète Jackson Marvell, Drew Smith (photographe) et Jack Cramer, désormais amis à vie, qui espèrent retourner au Kirghizistan un jour.